Accueil > LES SERVICES > Généralités > La cour des comptes somme le gouvernement de condamner les ouvriers d’Etat (...)

La cour des comptes somme le gouvernement de condamner les ouvriers d’Etat Défense

jeudi 16 septembre 2021

Les ouvriers d’État plus que jamais dans le viseur de la cour des comptes. Nos camarades Ouvriers d’État de la FNTE dénoncent à juste titre la « curée » faite sur les ouvriers d’État.

Un référé de la cour des comptes de juin 2021 somme le gouvernement à prendre des mesures pour arrêter les recrutements des ouvriers d’État Défense, prétextant un statut couteux et un absentéisme démesuré.

Dès 2016, les ouvriers d’État Défense faisaient l’objet de restriction de recrutements puisque seulement 21 professions pouvaient recruter sur les 95 d’origine. Ces mesures imposées au ministère de la Défense ont fait suite à un précédent rapport de la cour des comptes de 2011 et 2013. Ils ont pu bénéficier d’un filet de recrutement environ 400 OE en 2017 et 2018 sur des métiers ciblés, toutefois très insuffisant pour combler les 1000 départs environ à la retraite tous les ans.

Avec environ 15000 OE Défense, les ouvriers d’État demeurent devant les OPA (2000 env) le plus gros contingent d’agents sous statut OE. Nous avons aussi dans notre ministère de l’écologie les OE de l’aviation civile et ceux de l’IGN-météo.

Dans ce nouveau rapport de la cour des comptes, le premier argument qui considère que c’est un statut couteux n’est pas développé, mais on peut penser que ce sont les mêmes thèses erronées des rapports précédents qui attaquent le régime de retraite, le niveau salarial et indemnitaire C’est inacceptable !.

Le niveau salarial des OE ne fait que dégringoler depuis plusieurs années. Les pensions avec.
Les mesurettes à la marge sont souvent des reliquats de mesures catégorielles non soumises à cotisations, non reconductibles d’une année sur l’autre, qui ne servent pas l’ensemble des agents, restent souvent discriminatoires et sont basées sur la notion de la méritocratie.
Cela devient insupportable ces présentations scandaleuses qui visent à pointer de soi-disant privilèges des salariés tout en continuant à ignorer superbement les salaires mirobolants des grands patrons, leurs stocks options, leurs parachutes dorés, leurs retraites chapeaux ou encore les pompes à fric que constituent les dividendes faramineux versés aux actionnaires. Tout cela financé avec l’aide du gouvernement à travers divers avantages et exonérations de cotisations sociales.

Le second argument du maintien sur les postes de MCO (maintien en condition opérationnelle) qui serait perturbé par une grille médicale et qui empêcherait les OE de continuer à exercer leur missions spécifiques et pénibles ne tient pas la route. L’emploi d’un contractuel ne rendra pas la tâche plus facile et exposera l’agent autant aux problèmes médicaux pour poursuivre sa mission de service public. Sauf à le « virer » avant sans assumer les conséquences sur sa santé qui pourraient être irréversibles pour l’agent.
Les OE d’État Défense sur les missions de MCO sont exposés, il est important de tenir compte des effets sur leur santé.

Ce blocage des recrutements des OE Défense, les Ouvriers des parcs et ateliers du Ministère de la transition écologique le subissent depuis 2018. Le SNOPA-CGT a dénoncé les dramatiques conséquences sur la perte de compétences et de maîtrise publique, les difficultés sur l’avancement et les déroulements de carrière, la raréfaction de la mobilité, des perspectives professionnelles dans l’impasse, les conditions de travail qui s’aggravent, les salaires en berne, les niveaux de pension au rabais pour les retraités. Les dernières évolutions statutaires de 2019 sur la classification et la gestion des OPA ont révélé des situations complexes et désorientent les OPA. Il y a un goût d’inachevé dans le processus d’évolution notamment sur l’aspect salaire et mobilité.

Les annonces récentes du président sur un projet de suppression des régimes spéciaux dont notre régime de retraite le FSPOEIE ne fera qu’accentuer à la baisse les niveaux de pension des ouvriers déjà largement impactés par les réformes successives des 20 dernières années.
Le SNOPA revendique toujours des recrutements sous statut.
La cour des comptes assimile sans cesse les ouvriers d’État aux missions et règles de gestion des fonctionnaires. Ceci est incohérent et revient à comparer deux éléments incomparables.
Les missions et les métiers des ouvriers d’État : une nécessité pour un service public efficace !
Les ouvriers d’État ne sont pas des fonctionnaires mais des ouvriers gérés par des décrets statutaires spécifiques. Ils occupent des emplois permanents et ne peuvent donc pas être assimilés à des agents non-titulaires de la fonction publique.
La notion de métier, les compétences techniques sont au cœur des recrutements et de la gestion des ouvriers d’État. En remettant en cause leurs recrutements, le rapport favorise implicitement l’externalisation des tâches et le recours au secteur privé.
En faisant disparaitre les OPA et les autres ouvriers de l’État, c’est la politique de développement économique de l’État, les services publics plus que jamais nécessaire en cas de crise que nous condamnons.
Les routes se dégradent ! L’Armée, la Police connaissent des problèmes d’entretien du matériel ! Les pouvoirs publics, l’État doivent répondre aux besoins d’entretien du patrimoine et assurer la sécurité des citoyens ! Ce n’est pas en externalisant les missions ou en les rendant caduques par l’emploi de contractuels mais en les faisant réaliser par des agents publics, en entretenant son patrimoine et son matériel au quotidien que l’État fera des économies sur le long terme !

Ce rapport de la cour des comptes est un outil supplémentaire que va utiliser le gouvernement dans le cadre du vaste plan de suppression des fonctionnaires, des agents publics et de casse des services publics.

Le CGT appelle :
• à défendre ce statut tout en revendiquant des embauches ;
• à combattre par tous les moyens la casse des services publics.

Le 5 octobre tous en manifestation pour nos emplois, des recrutements, de meilleurs salaires, de meilleures conditions de travail,

Pour en savoir plus :
Le tract FNTE-CGT

Le rapport de la cour des comptes et son référé.