Accueil > VIE DES OPA > Généralités > 2022 OPA ! Ne pas les laisser faire

2022 OPA ! Ne pas les laisser faire

lundi 3 janvier 2022

Le syndicat national CGT des Ouvriers des Parcs et Ateliers adresse à ses militants, à ses adhérents, aux OPA ainsi qu’à leurs familles et leurs proches ses meilleurs vœux pour l’année 2022.

2021 une impression de déjà-vu et de déjà-vécu accompagnée d’une sensation d’irréalité, mais NON ! les inégalités se creusent, la pauvreté augmente et les libertés se restreignent. Certains sur la planète se battent contre cette pandémie mondiale, contre l’injustice, les inégalités… D’autres impassibles et complices du pouvoir se gavent tant les politiques de ce gouvernement auront servi sur un plateau ce pognon de dingue, et soustrait les richesses sociales, conquis par les travailleurs pendant tant d’années. Une autosatisfaction assumée au plus haut niveau de l’État. C’est indécent.

Notre ministère, au cœur des enjeux du dérèglement climatique sur notre monde fait fi des alertes. Il compresse les services comme une olive pour cracher jusqu’au dernier jus, les ETP de personnel (emplois temps plein) qui auraient dû servir sur ces missions de services publics nécessaires aux enjeux climatiques.
Notre ministère passe en revue toutes les missions, il extrait de nombreux postes RH qui se verront intronisés dans le monde numérique du self-mobile (service à l’agent géré par l’agent lui-même), chacun devenant maitre individuellement de ses données personnelles. Il élimine les écoles qui constituent le socle de formation des agents. L’ENTE (école nationale des techniciens de l’équipement) en fait les frais et disparait. Il poursuit la dislocation des services de ce ministère.

Notre gouvernement sourd, se refuse d’augmenter les salaires et il laisse les plus bas niveaux de rémunération en dessous du smic et ce malgré la hausse galopante de l’inflation.
Dans une France désindustrialisée en manque de matière première et dépendante, les prévisions d’inflation sur les prix seront importantes en 2022. La question de l’augmentation du salaire, des pensions de retraite, du point d’indice de la fonction publique, du pouvoir d’achat demeure un enjeu majeur. Car tout augmente sauf les salaires et les pensions.

Les OPA sont encore les témoins contestataires d’une injustice supplémentaire sur leur grille de salaire, au 1er janvier 2021 le taux horaire du smic est passé de 10.15€ à 10.25€ laissant depuis 1 an le niveau ouvrier 1 de la zone 3 être rémunéré en dessous du smic avec un taux du salaire horaire à 10.14€. Au mois d’octobre 2021 l’augmentation mécanique du smic dû à une inflation supérieure à 2.2% pose le smic à 10.48€ creusant un peu plus le fossé des taux du salaire horaire pour tous les Ouvriers N1 des zones 1, 2 et 3 d’abattement.
Avec une augmentation de 0.9% du SMIC au 1er janvier 2022, le taux du smic horaire passe à 10.57€, c’est désormais le niveau ouvrier 2 de la zone 3 qui vient s’ajouter à la liste des OPA méprisés. Le ministère n’a rien réglé en matière de salaire pour les OPA. Nous ne manquerons pas de le lui rappeler.
Sur les mesures catégorielles, encore une fois les OPA restent les oubliés. Écartés en 2020, ils l’ont été aussi en 2021 (enveloppe globale tout agents confondus 7.5M€). La prime de rendement des ouvriers de l’État des autres ministères est à 16% voire plus. La prime de rendement à la Défense vient d’être revalorisée à 17%, celle des OPA à l’écologie, la plus basse 8% (Arrêté du 15 mars 2016), est à l’image d’un encéphalogramme plat. Les mesures locales par note de gestion du 3 août 2021, d’augmentation de la prime de rendement des OPA qui pouvait porter la PR à 9.4% à tous se fait au bon vouloir du chef de service, créant de la modulation, à la baisse pour certains OPA et des différences dans l’attribution de la PR qui pourtant est un élément essentiel du salaire puisqu’il est comptabilisé dans l’assiette de calcul pour la pension.
Le réajustement de la prime de métier et de la prime d’expérience à la nouvelle grille de classification n’ont apporté aucune revalorisation des niveaux de primes. Le basculement de la prime d’expérience en pourcentage sur la prime d’ancienneté annoncé en juin 2020 par le ministère est resté bloqué au guichet unique du budget sans retour. De qui se moque-t-on ? une mesure qui ne coûte rien !!!

Les OPA voient leurs missions d’entretien du patrimoine et de sécurité des usagers disparaitre peu à peu dans un ministère décidé à appliquer la politique de ce gouvernement qui veut faire la peau aux ouvriers d’État. Le projet de loi 3DS sur le point d’être adopté dans ses grands thèmes (environnement, transports, santé, logement…) et par la décentralisation des routes nationales continuera d’éloigner un peu plus la population d’un service public de qualité, d’accès et d’égalité pour tous.
Le SNOPA revendique une rénovation de leurs règles statutaires pour construire de nouvelles bases règlementaires avec des recrutements et être en adéquation avec notre nouvelle grille de classification, nos missions, nos métiers. Les premiers échanges avec l’administration démontrent l’incurie de notre ministère pour mener un projet d’avenir et embaucher des OPA. Les réunions de travail en 2021 avec l’administration ne sont pas encore terminées notamment en matière de mise en conformité à notre nouvelle grille de classification des textes sur l’intégration à la fonction publique territoriale et pour la retraite. A moitié du gué, nous devons continuer à travailler nos textes fondateurs sans quoi nous creuserons un peu plus le fossé des inégalités entre les OPA et les autres corps du ministère.

2022, une année d’importance. Dans l’obligation de respecter les contraintes liées à la pandémie qui sévit toujours, nous ne comptons plus les vagues successives, le télétravail devient obligatoire pour les missions télétravaillables. Nous aurons à poursuivre la défense des OPA et à porter le dossier des ouvriers d’État dans les services avec vous mes camarades, et au plus niveau de l’État avec nos organisations si nous voulons obtenir des avancées.

2022 une année d’élection. Nous devons d’ors et déjà nous préparer pour l’échéance du vote électronique des élections professionnelles le 8 décembre pour élire nos représentants des CCOPA. Le maintien de la quasi-totalité des instances (39 pour 41 en 2018) et des prérogatives des CCOPA sont toujours des atouts pour porter nos revendications sur tous les sujets (faire respecter en permanence nos textes spécifiques).

Le SNOPA-CGT reste la seule organisation (là où d’autres ont déjà abdiqué), qui invoque la nécessité d’un service public d’État au service du citoyen par et avec des ouvriers d’État sur des emplois permanents, pour l’entretien du patrimoine et la sécurité des usagers, là où les fonctionnaires ne peuvent pas assurer ces missions. Ce n’est pas être passéiste que de résister et de vouloir convaincre collectivement pour une société plus juste, pour que nos jeunes aient un avenir durable, pour que nos aîné-e-s soient protégé-e-s par un système social de santé irréprochable et désiré avec des moyens intellectuels, humains et financiers au service de tous,

Le jeudi 27 janvier, ce sera l’occasion d’exprimer son mécontentement, de décliner ses revendications, la CGT et d’autres organisations appellent à manifester dans le cadre d’une grande action Interprofessionnelle et Fonction publique. Le SNOPA-CGT participe activement à cette action.

Ne pas les laisser faire ! passons à l’action !
Le SNOPA CGT s’engage à continuer à être au plus près des sections, des représentants, des militants, des OPA isolés pour porter la voie des agents dans les services.

Bonne année à toutes et à tous