Accueil > ACTIONS REVENDICATIVES > Actions menées en 2011 > 28 avril 2011 : Pour une véritable reconnaissance de la Pénibilité > Tract fédéral : Mobilisation du 28 avril pour la Pénibilité

Tract fédéral : Mobilisation du 28 avril pour la Pénibilité

mercredi 16 mars 2011

La pénibilité et la dangerosité sont reconnues et démontrées au MEDDTL

Maintenant, les agents réclament réparation !

Dès 2008, une négociation infructueuse Patronat/Syndicats avait établi 12 critères de pénibilité conduisant à réparation sur la retraite. Malgré le refus de reconnaissance par le MEDEF, ces critères ont été repris dans un décret du ministère du travail pour les salariés du privé.
La Fonction Publique, comme l’ensemble des services publics, soumise aux contraintes et impératifs de continuité et d’obligation de service est particulièrement concernée par ces 12 critères.

  • Les contraintes physiques : manutention et port de charges lourdes, contraintes posturales et articulaires et les vibrations.
  • L’environnement agressif  : exposition à des produits toxiques (cancérigènes, mutagènes..), exposition aux dangers, aux poussières et aux fumées, exposition à des températures extrêmes et aux intempéries, exposition aux bruits intenses et rayonnements ionisants.
  • Les contraintes liées aux rythmes de travail  : travail de nuit, travail alterné et décalé, longs déplacements fréquents, gestes répétitifs, cadences imposées.

Un rapport effectué par le ministère en 2008 démontre pour des agents exerçant sur des activités d’entretien et d’exploitation, une accidentologie importante avec un risque d’accident jusqu’à vingt fois supérieur à celui des agents d’autres filières.
L’étude montre également que les décès d’agents en position d’activité sont globalement plus nombreux chez ces agents. De plus, le rapport atteste que l’espérance de vie est réduite pour les personnels exerçant sur des activités d’entretien et d’exploitation.

Aux affaires maritimes, jusque là restées en dehors du champ du ministère, un audit vient d’être diligenté pour l’analyse de l’exposition des personnels à l’amiante dans les navires, la reconnaissance des contraintes de travail posté rythmé sur les horaires décalés de marées et la prise en compte de l’exposition aux conditions de mer.

Depuis la loi Fillon de 2009, ces personnels ne bénéficient plus d’un départ anticipé sans perte financière. Pourtant, les suppressions de postes, les réorganisations et l’intensification du travail aggravent une situation déjà bien précaire.

La fédération nationale CGT de l’équipement et de l’environnement revendique :

  • une reconnaissance collective de la pénibilité pour tous les corps, cadres d’emploi et catégories de personnels qui subissent un des 12 critères
  • une bonification de retraite de 25% avec effet rétroactif pour tenir compte des années antérieures et prendre en compte les personnels transférés aux collectivités territoriales.

La fédération nationale de l’équipement et de l’environnement s’inscrit dans la journée revendicative confédérale du jeudi 28 avril 2011.