Accueil > LES SERVICES > Généralités > Episode neigeux : Retour d’expériences CGT

Episode neigeux : Retour d’expériences CGT

mardi 22 mars 2011

Neige et pagaille sur les routes de France :
Le désengagement de l’Etat est une réalité incontournable.

Suite aux intempéries et épisodes neigeux intervenus en Décembre et après les tables rondes de la ministre qui n’a pas voulu la participation des organisations syndicales, la fédération nationale CGT de l’Equipement et Environnement a décidé de faire son propre retour d’expériences pour faire valoir ses constats, son analyse de ce qui s’est passé et ses propositions pour sortir de la carence des pouvoirs publics.

Éléments de constat dans les Directions Interdépartementales des Routes (DIR) impactées par les épisodes neigeux en Ile de France, dans les départements des zones du Sud Ouest, du Nord et de l’Est.

1. Les prévisions météo : malgré les alertes météo, la présence de nos stations météo et l’activation des centres de coordination, les services spécialisés de déneigement de la viabilité hivernale (VH) se sont trouvés en difficulté pour engager leurs interventions sur leurs circuits de déneigement prévus tant à cause de la circulation que des situations de blocage de certaines routes par quelques poids lourds. Ce n’est donc pas la faute de météo France ! la neige en décembre ça ne relève tout de même pas de la catastrophe naturelle imprévisible ! mais il ressort une fragilisation des procédures de décision des responsables de la VH sur le terrain et au plus haut niveau quant l’épisode neigeux est brutal et intense.

POUQUOI ?

2. Les situations de blocage sont la résultante de mesures d’interdiction de circulation des PL qui interviennent trop tardivement. A qui la faute ? au transport routier en raison du transport à flux tendus (véritable stock de marchandises sur les routes qui s’est développé au rythme de la libéralisation du secteur des transports et de la logique du tout routier depuis 25 ans !) ou à l’irresponsabilité des pouvoirs publics de ne pas prendre de décisions d’interdiction de circulation des PL assez tôt pour préserver les accès des engins de déneigement aux routes ? En fait, tout cela se négocie entre le ministre et les organisations professionnelles de transporteurs et de chargeurs, qui mettent une pression considérable, pour in fine donner priorité à leurs activités ! Pas surprenant que la pression sur les conducteurs routiers se solde par « passer coûte que coûte » au risque de la sécurité des salariés, des agents de l’Etat chargés de l’exploitation et des usagers de la route. De plus les capacités de stationnement des véhicules sont, à l’approche des grandes agglomérations notamment en Ile de France, en déficit chronique. C’est une question récurrente posée depuis longtemps par les salariés routiers pour leur permettre de respecter la règlementation sociale et de bénéficier de conditions de sécurité et d’hygiène pendant leurs temps de repos ! C’est bien de la responsabilité des pouvoirs publics de mettre en œuvre les capacités de stationnement nécessaires plutôt que de laisser se perpétuer le stationnement des PL sur les bandes d’arrêt d’urgence (B.A.U) et les bretelles d’accès et de sortie des stations services (c’est un scandale connu de l’Etat !). Il en est de même de la responsabilisation des usagers en voiture pour se rendre au travail ou pour le quitter qui ne peut s’engager dès lors que les pouvoirs publics n’anticipent pas sur les évènements : aller au travail et rentrer de son lieu de travail ne devraient pas poser de problème avec 5 cm de neige ! y compris lorsque les salariés empruntent les transports collectifs par bus.

Lire la suite dans le document ci-joint à télécharger.

________________

Ce document est le retour d’expériences CGT pour le champ du ministère (MEDDTL) suite aux épisodes neigeux. Un document global regroupant les retours d’expériences pour le secteur Transports, Cheminots et Equipement sera diffusé par l’UIT-CGT sous peu.