Accueil > ACTIONS REVENDICATIVES > Actions menées en 2013 > Journée nationale d’actions du 10 septembre > jounée nationale d’actions et de grève du 10 septembre

jounée nationale d’actions et de grève du 10 septembre

mercredi 24 juillet 2013

Les salaires, les pensions stagnent voir régressent. Le chômage continue sa hausse insupportable, la jeunesse galère de petits boulots en sales boulots.

La perspective d’une retraite bien méritée pour les plus anciens s’éloigne. Nous vivons une réelle aggravation des inégalités sociales où les riches sont de plus en riches et les pauvres de plus en plus pauvres. C’est insupportable !
Le Medef et les marchés financiers continuent leur travail de sape en exigeant toujours plus d’un gouvernement qui abdique un peu plus chaque jour.

Avec le crédit d’impôts compétitivité, le patronat vient d’obtenir 20 milliards d’euros supplémentaires portant ainsi à 200 milliards les aides publiques aux entreprises. En réalité ces aides, donc notre contribution de citoyen, ne vont ni à l’emploi, ni à l’investissement, mais tout simplement dans les poches des actionnaires.
En contrepartie, ce sont 1000 chômeurs de plus par jour et une pension moyenne des retraités de 1200 euros.

Du côté du secteur public, l’Etat-employeur vient d’annoncer pour la 4e année consécutive le gel du point d’indice et la poursuite du blocage des salaires.

Pour les OPA, le constat est identique. Les 3 premiers niveaux de notre grille de classifications sont avalés par le SMIC, le blocage des recrutements fait peser des incertitudes sur le devenir de notre statut d’ouvrier d’Etat et de notre régime de retraite, la longue attente sur la sortie des textes de loi pour pouvoir intégrer la FPT n’est plus tenable…
La résignation et la soumission tant espérées par le patronat et le gouvernement se traduisent bien au contraire par l’émergence de nombreuses luttes.

La prise de conscience grandit, la CGT et d’autres organisations syndicales en France et en Europe, considèrent qu’il est nécessaire de réorienter les politiques économiques et sociales pour relancer la croissance, la création de richesses et exiger une autre répartition de celle-ci.

Il faut sortir de cette crise qui nous est imposée et la CGT à des propositions concrètes.

Exigeons une autre répartition des richesses pour le travail, l’emploi, l’augmentation des salaires, pour les retraites, pour le droit à la santé.
Pour que ça change vraiment, la CGT est disponible pour construire ENSEMBLE les nécessaires mobilisations.

Pour que ça change vraiment, la seule alternative, c’est d’AGIR TOUS ENSEMBLE dans l’UNITE et le rassemblement le plus large dès la rentrée.