Accueil > VIE DES OPA > Intégration des OPA à la FPT > Intégration des OPA dans la FPT > Compte rendu CGT de l’audience au cabinet du 9 janvier 2014

Compte rendu CGT de l’audience au cabinet du 9 janvier 2014

jeudi 16 janvier 2014

Le collectif interministériel ouvrier CGT en présence de l’UGFF a été reçu le 09 janvier dernier au cabinet de la fonction publique afin de faire le point sur le ou les éventuelles évolutions statutaires des ouvriers d’Etat déjà annoncées par certains ministères ou directions et sur l’urgence de recruter en 2014.

La CGT a fermement réaffirmé sa volonté de voir les missions de service public assurées par des agents publics et celles exercées par les ouvriers ne pas être remises en cause ou externalisées. Nous déplorons le nombre insuffisant des recrutements en 2013 pour l’ensemble des ministères ainsi que le blocage par le ministère du Budget du mécanisme d’intégration sous statut d’ouvrier d’Etat à la Défense des 330 postes d’OMA (ouvriers contractuels embauchés pour la maintenance aéronautique).

Pour 2014, la CGT insiste sur l’insuffisance des 105 embauches prévues à la Défense et sur l’absence de perspective de recrutement dans les autres ministères pour pallier aux nombreux départs en retraite, cela entrainera inexorablement l’accélération de l’externalisation des missions avec tout ce que cela apportera comme difficultés en termes d’efficacité, de coût, de perte de compétences et maîtrises des systèmes.

Nous demandons une clarification sur l’aspect statutaire. Il existe une véritable cacophonie entre nos directions et ministères respectifs, qui se disent chacun prêt à lancer des révisions de nos règles statutaires et la direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) qui aurait déjà travaillé sur un projet de nouveau statut interministériel.

Nous avons dénoncé le contenu du référé de la Cour des Comptes adressé au premier ministre sur la gestion des ouvriers de l’État de la Défense, qui se permet une multitude de recommandations avec comme unique objectif la disparition des ouvriers d’État en s’interdisant bien de mesurer les coûts des missions privatisées et de démontrer leur efficacité en termes de service rendu. Si la réponse du Premier ministre peut être considérée d’une certaine manière comme rassurante, en particulier pour ce qui concerne l’intégration des OMA et la reprise d’embauche même ciblées, la CGT est consternée par la décision prise unilatéralement sans négociations du passage de l’indexation des salaires ouvrier d’Etat du bordereau de la métallurgie parisienne au point d’indice de la fonction publique.

La directrice adjointe de cabinet de la ministre nous a répondu clairement et avec insistance que les missions publiques doivent être exercées par des agents publics, qu’il n’y a aucune volonté d’externaliser mais qu’il faut aller jusqu’au bout de la réflexion des statuts particuliers pour les adapter aux besoins, car certains métiers très techniques ne peuvent pas être effectués par des corps de fonctionnaire.

Lire la suite du compte rendu en téléchargement.